Billets de laparuredeselfes

    • christine baudry
    • la celle
  • Aide humanitaire en Birmanie

    Lundi 1 février 2021, l’armée birmane a perpétré un coup d’État, proclamé l’état d’urgence pour un an et placé ses généraux aux principaux postes. La cheffe de facto du gouvernement civil,  Aung San Su Kyi a été arrêtée, ainsi que le président de la République, Win Myint et de nombreux cadres de la LND «Nous avons entendu dire qu’ils étaient détenus à Naypyidaw», la capitale du pays, a précisé à l’AFP le porte-parole de la LND, Myo Nyunt. Dans un « message au peuple », Aung San Suu Kyi a exhorté la population à « ne pas accepter » ce putsch militaire, d’après une lettre diffusée sur les réseaux sociaux par son parti. L’armée, de son côté, a promis lundi que de nouvelles élections se tiendraient.

  • Aide humanitaire en Birmanie

    Newsletter semestrielle de janvier 2021


    Bonjour à toutes et à tous,
     Cette newsletter concernera principalement la situation en Birmanie sur le plan sanitaire et
    social, situation qui a pour origine les effets des restrictions et des confinements partiels successifs
    mis en place depuis avril 2020 par le gouvernement birman, à cause de la pandémie de Covid-19.
    Y sera également évoquée l’activité humanitaire de PASDB liée à ce contexte si particulier.


    SITUATION SANITAIRE ET ÉCONOMIQUE CRITIQUE DANS LES VILLES BIRMANES
     Comme je vous le mentionnais déjà dans la newsletter de juillet dernier, la crise sanitaire avait,
    trois mois après le début du premier couvre-feu et du confinement partiel en Birmanie d’avril
    2020, violemment affecté économiquement les birmans les plus démunis et ceux des classes
    moyennes, en particulier dans différents bidonvilles et quartiers de Yangon où PASDB intervient.
    C’est ainsi que des centaines de milliers de petits jobs, déclarés et surtout non déclarés, avaient déjà
    été détruits à Yangon en quelques mois.
    L’épidémie ne s’est malheureusement pas atténuée (comme ce fût le cas chez nous pendant l’été)
    et a au contraire continué de progresser fortement parmi l’ensemble de la population, l’accès
    aux tests et aux soins n’étant cependant accessible qu’aux personnes aisées. Exemple : le prix
    d’un test s’élève à 15 € (sans remboursement bien sûr), pour un revenu mensuel moyen de 65 €.
    La « débâcle » sur le plan économique s’est par conséquent poursuivie, avec d’innombrables
    faillites de petites et moyennes entreprises, qui ont entraîné des pertes d’emplois massives, non
    compensées par des aides gouvernementales.
    Tous ces travailleurs, parmi lesquels des centaines de milliers d’enfants, d’adolescents et de
    jeunes adultes, se sont ainsi vus dans l’impossibilité d’assurer leur subsistance au quotidien
    ainsi que celle de leurs foyers, dans un contexte sociétal où il n’existe ni assurance-maladie, ni
    assurance-chômage, ni retraite, bref, aucune prise en charge par les pouvoirs publics, permettant de
    soulager un tant soit peu les personnes les plus affectées par cette pandémie.
    Autres conséquences, inédites pour la Birmanie, la mendicité a considérablement augmenté dans
    les grandes villes et des personnes meurent de faim, sans compter le phénomène "des enfants
    des rues" qui s’est accru lui aussi, avec toute la souffrance et la violence qu’il engendre !
    Afin de vous donner une idée plus précise de cette situation dramatique, voici un article (en anglais)
    de l’agence Reuters, qui détaille comment de nombreux habitants des bidonvilles de Yangon en
    sont à consommer des rats et des serpents pour survivre, après avoir vendu leurs vêtements,
    leurs ustensiles de cuisine, etc.
    L’article évoque en particulier ce qui se passe dans des bidonvilles du faubourg de Lhain Thar Yar,
    dans lequel nous sommes très actifs depuis 7 ans (et, au passage, la seule ONG française présente).
    https://www.reuters.com/article/idUSL4N2HC143


    PASDB A CONTINUÉ D’ŒUVRER PENDANT LA PANDÉMIE ET VA POURSUIVRE SON ACTION
     Malgré des difficultés supplémentaires dues à ce contexte si particulier, l’activité humanitaire de
    PASDB ne s’est pas tarie depuis le début de la pandémie, bien que nous ne puissions toujours pas
    nous rendre sur place depuis l’Europe.
    En effet, Wyut Yi, notre coordinatrice locale, qui est par ailleurs manager dans un grand hôpital
    de Yangon, a pu, tout au long des restrictions de déplacements mises en place, se rendre de
    temps à autre dans les structures et divers lieux de Yangon où nous intervenons (orphelinats,
    hospices, etc.). C’est ainsi, qu’avec l’aide de nos correspondants de terrain, elle nous a régulièrement
    informés des besoins de ces lieux et structures et a pu y apporter de l’argent, récupérer des
    remboursements de microcrédits, etc.
    Nous avons par exemple la semaine dernière attribué 2500 euros de microcrédits sans intérêts
    à 50 familles (50 euros par foyers) de l’immense bidonville de Dala, familles dans lesquelles
    vivent une ou plusieurs personnes handicapées (enfants ou adultes).
    Les 50 euros attribués serviront à acheter une ou deux machines à coudre d’occasion, monter un petit
    étal de vente de fruits et légumes, etc. Ils seront remboursés tous les deux mois à partir du mois de
    mars 2021.
    Au regard de la terrible situation sanitaire et économique décrite ci-dessus, nous nous
    attendons dans les prochains mois à une augmentation importante de demandes de soutien,
    sachant que pour la Birmanie, les prévisions à court et moyen terme ne sont pas du tout
    optimistes pour la survie d’une grande partie de la population de Yangon !
    De plus, il faut savoir qu’un autre effet de cette crise est que les petites ONG Birmanes et les lieux que
    supporte PASDB, souffrent d’une diminution importante des dons et offrandes effectués en temps
    normal par les donateurs locaux.
    Ainsi, l’aide que nous continuons d’apporter à ces lieux est accueillie avec une reconnaissance
    particulière.


    Vous pouvez retrouver les détails de tous nos projets sociaux sur le site web de PASDB :
    www.associationpasdb.org


    Si vous souhaitez des renseignements complémentaires, n’hésitez-pas à nous contacter à l’adresse
    suivante : pasdb.association@gmail.com


    Les membres de l’équipe de PASDB se joignent à moi pour remercier du fond du cœur toutes celles et
    ceux qui, en se trouvant à nos côtés depuis les débuts de cette belle aventure humaine, ou nous ayant
    rejoints en cours de route, permettent concrètement de venir en aide aux 50 000 personnes (parmi
    lesquelles environ 17 000 enfants) prises en charge actuellement de différentes manières par notre
    association humanitaire.
    Pour finir, juste un souhait pluriel.
    Que cette nouvelle année vous apporte paix, joie et bonne santé ainsi qu’à vos proches, sans oublier
    tous ceux qui souffrent de par le monde !
    Bien à vous.

    Thierry Cuberos
    Fondateur et chargé de communication de PASDB.

    Vous pouvez aussi retrouver les détails de tous nos projets sociaux sur le site web de PASDB : www.associationpasdb.org

     

  • Ballades coup de coeur

    Rien de tel, pendant les périodes de confinement, de questionnement sur le devenir de notre vaisseau spacial qui est notre Terre que d'aller méditer dans la nature dans des lieux où nous pouvons contempler les éléments. Observer la nature, observer notre esprit. Se réjouir dans la simplicité. Un rendez-vous quotidien bien salutaire mêlé d'une touche artistique par le médium de la photographie et le chant des couleurs.

     

    Lire la suite

  • Le soutra du coeur

    Voici le lien pour accéder à l'enregistrement qui eût lieu à la requête de Dzongzar Kyentzé Rinpoché

    At the request of Dzongsar Khyentse Rinpoche, this is a new choral arrangement of the Heart Sutra presented as a "virtual choir." It was sung as separate tracks by over thirty participants in ten different countries, which were then edited together to create the choral arrangement. The video was produced and edited using Zoom and broadcast across the world on Zoom, YouTube and Facebook Live for 24 hours to commemorate Saga Dawa Düchen, the day where Buddha's birth, enlightenment and parinirvana is celebrated across the world. The melody is based off of a musical setting of the "Nilakantha Dharani," a dharani associated with Avalokiteshvara in Japanese Buddhism, written by Kanho Yakushiji, a Zen priest. The English translation of the Heart Sutra was done by the Nalanda Translation Committee, the video editing by Sophie Perks and the choral arrangement by Harry Einhorn. Produced for the Heart Sutra recitation with the intention of pacifying the turmoil of the world at this time, in the words of Dzongsar Khyentse Rinpoche, “May we invoke love, kindness, and healing, and open our hearts for the earth.”

    vimeo.com/426468564

    https://soundcloud.com/lama-tsony/saga-dawa-heart-sutra-recitation

  • Pourquoi vivre la pleine conscience au quotidien?

    Voici un article interessant paru dans "Thérapeute magazine" sur la Méditation de pleine Conscience ou de Pleine présence pour traduire Mindfullness.

     

    https://therapeutesmagazine.com/pourquoi-vivre-la-pleine-conscience-au-quotidien/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter_Hebdo

  • Aide humanitaire en Birmanie

    Pour une Action Sociale Durable en Birmanie

    Les membres de l’équipe de PASDB se joignent à moi pour remercier du fond du cœur toutes celles et
    ceux qui, en se trouvant à nos côtés depuis les débuts de cette belle aventure humaine, ou nous ayant
    rejoints en cours de route, permettent concrètement de venir en aide aux 50 000 personnes (parmi
    lesquelles environ 17 000 enfants) prises en charge actuellement de différentes manières par notre
    association humanitaire.
    Pour finir, juste un souhait pluriel.
    Que cette nouvelle année vous apporte paix, joie et bonne santé ainsi qu’à vos proches, sans oublier
    tous ceux qui souffrent de par le monde !
    Bien à vous.

    Thierry Cuberos
    Fondateur et chargé de communication de PASDB.

    Vous pouvez aussi retrouver les détails de tous nos projets sociaux sur le site web de PASDB : www.associationpasdb.org

     

     

    Lire la suite

  • A quoi ressemblera la vie après cette pandémie?

    RÉFLEXION OFFERTE PAR SA SAINTETE THAYE DORJE LE XIIè GYALWA KARMAPA SUR CE A QUOI RESSEMBLERA LA VIE APRÈS LA PANDÉMIE.

    Jeudi 28 mai 2020,

    « C’est une question concernant le futur, n’est-ce pas ?

    Eh bien, c’est un mystère.

    Le futur a toujours été un mystère. Un « mystère », pas dans le sens de quelque chose de flou et de nébuleux, mais dans le sens d’une incertitude étincelante liée à son déploiement.

    Dans une perspective réjouissante, le futur a toujours été quelque chose de magique – d’inconnu – que nous essayons de capturer depuis la nuit des temps.

    Dans une perspective concrète, nous vivrons des expériences semblables, comme les matins et les soirs, les couchers et les levers de soleil.

    Le défi pratique et prévisible consistera fondamentalement à nous démener pour capturer les souvenirs de ce que nous pensons être normal et bon.

    Ce défi s’est répété à maintes reprises de sorte qu’il n’est plus un mystère aujourd’hui.

    Espérons que nous sommes fatigués de cette habitude : celle de chercher des occasions pour que notre futur capture de nouveau les moments agréables du bon temps, comme des carottes agitées sous notre nez, mais qui pourtant sont attachées dans notre dos.

    Si nous voulons faire quelque chose de différent pour une fois (un nouveau défi peut être quelque chose de plaisant, parce qu'un nouveau défi est toujours stimulant), il pourrait être intéressant d’envisager le futur comme une opportunité pour que ce qui était normal dans le passé submerge un peu moins le futur.

    Nous avons évidemment besoin de la boussole du passé, mais l'astuce consiste à utiliser cette boussole, plutôt qu'à la surutiliser ou à la sous-utiliser. Si nous maîtrisons cette astuce, nous n'avons pas à avoir peur de regarder le futur.

    L’astuce complémentaire consiste à accepter qu’il n’existe pas de garantie. En tant qu’êtres humains, nous vivons depuis toujours avec ce concept de garantie dans des proportions inimaginables. Cependant, si nous regardons calmement les choses, pas une seule fois nous n’avons vraiment cru en ces garanties : en fin de compte, lorsqu'il s'est agi de traverser des moments difficiles ou de prendre des décisions dans la vie, nous n’avons pas vraiment été dépendants de lois ou de promesses, parce qu'au fond de nous, nous savions qu'aucune loi ni promesse ne nous fournirait une véritable garantie.

    Nous avons vécu si longtemps avec cette contradiction que nous nous sentons à l'aise avec les promesses ; nous sommes apaisés par l'idée qu'il existe une sorte de filet de sécurité, mais en même temps nous savons qu'aucune de ces promesses n'a jamais été tenue et qu'il n'existe pas de garantie absolue. Et parce que nous sommes des êtres humains, nous ne pouvons pas vraiment changer ce fait – nous ne pouvons pas y remédier. Nous devons seulement accepter qu'il en soit ainsi.

    Notre anxiété provient de la non-acceptation de cet état d'incertitude. Cependant, lorsque nous regardons l'histoire, nous constatons, assez ironiquement, que cela a en quelque sorte fonctionné. Nous nous en sommes sortis, d'une certaine manière, et si nous voulons que tout se passe bien, nous devons accepter le fait qu'il y a toujours un facteur d'incertitude d'au moins 1%.

    Notre étrange habitude de nous accrocher à l'idée d'une garantie est profondément ancrée en nous, parce que nous avons vécu avec elle pendant très longtemps et parce qu'elle nous apaise. Peut-être pouvons-nous, cette fois-ci, légèrement modifier cette habitude et nous rapprocher de notre connaissance ou de notre intuition profonde [qui sait] que les règles et les promesses sont fabriquées, que les traitements de toute sorte peuvent être garantis à 99%, mais qu'un facteur d'incertitude de 1% demeure toujours.

    Sans ce petit facteur d'incertitude, la vie serait intolérable. Cette touche d'incertitude, ce 1% de non-garantie, crée la fraîcheur du moment présent qui nous propose des défis et des opportunités salutaires.

    L'acceptation de ce soupçon d'incertitude donne de l'élan au moment présent et du piment à notre vie. »

    - Thayé Dorjé, S.S. le 17ème Karmapa

    #Karmapa


    Source (in english) : https://www.karmapa.org/meditations-for-our-times-videos/

    Traduction : https://www.dhagpo.org/…/1917-meditations-pour-notre-epoque…#

  • DES MEDITATIONS POUR NOTRE EPOQUE

    Voici, traduites en français, des méditations pour notre époque proposées par Sa Sainteté Thayé Dorjé le XVIIè GYALWA KARMAPA

    Je vous invite à cliquer sur le lien de DHAGPO KAGYU LING situé en Dordogne:

    https://www.dhagpo.org/fr/actualites/1905-meditations-pour-notre-epoque-videos-et-plus-7#utm_source=newsletter&utm_campaign=avril8